Le syndrome de Korsakoff

mis en ligne le 03/11/2017 par Michele

Le syndrome de Korsakoff

 

La maladie de Korsakoff se traduit par un ensemble de troubles neurologiques dus à une forte carence en vitamine B1. Cette maladie affecte principalement les personnes victimes d’alcoolisme chronique ou, plus rarement, souffrant de malnutrition sévère. Une forte carence en vitamine B1 entraîne des lésions cérébrales et à terme le syndrome Korsakoff. La maladie de Korsakoff tient son nom du neuropsychiatre russe Sergei Korsakoff qui a décrit ses symptômes à la fin du 19ème siècle.

Le syndrome de Korsakoff et ses symptômes

Cette maladie proche d’Alzheimer, causée principalement par une alcoolodépendance se manifeste, par des troubles cognitifs appelés démence de korsakoff ou psychose amnésique. Ses symptômes sont : des troubles de la mémoire, une amnésie sur le court et long terme, des modifications de l’humeur, des troubles de l’orientation, une fabulation et une inflammation des tissus nerveux. Le syndrome de Korsakoff survient suite à une suite d’épisodes d’encéphalopathie de Wernicke non traités. Cette maladie ayant les mêmes causes que le syndrome de Korsakoff se traduit souvent par de la confusion, de l’ophtalmoplégie (une paralysie des yeux) et une ataxie (perte de coordination).
Cette maladie apparaît chez les personnes buvant de l’alcool pour calmer leurs anxiétés, leurs douleurs, leurs préoccupations ou leur stress. Chez les personnes âgées, l’organisme refermant moins d’eau, il est moins apte à gérer le métabolisme et le risque d’intoxication est plus grand.

Traitement et prise en charge du malade

Les dommages causés au cerveau par la carence en vitamine B1 et l’alcoolisme sont souvent irréversibles (pour 80% des malades), pour les 20% restants, un traitement existe. Ce dernier consiste en des injections de thiamine (ou vitamine B1). Une amélioration de l’état de santé du patient peut être visible dans les deux ans suivant le début du traitement.
La période de traitement et de prise en charge se découpe en trois parties :

 

  • Un suivi médical pour limiter la propagation de la maladie, diminuer les symptômes et suivre la nutrition du patient.
  • Une prise en charge psychologique pour comprendre les raisons de l’alcoolisme du patient et soigner sa dépendance.
  • Une prise en charge cognitive avec un bilan des capacités préservées par le patient, des carnets de mémoire pour les prises de notes du patient et des aides environnementales telles que l’affichage de rappels et de calendriers.

 

 

 

 

Notez cet article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
1 votes
Profile Michele
Rédactrice : Michele

Agée de 54 ans, Michèle est responsable de la rédaction des actualités et dossiers sur le thème de l'immobilier et de l'hébergement pour seniors. Après avoir travaillé 10 ans au sein d'une maison de retraite, Michèle souhaite, à travers ses écrits, informer et guider les seniors vers une solution adaptée à leur profil et à leurs besoins.

> Voir tous les articles de Michele
Vous recherchez une maison de retraite ? Nous référençons plus de 8000 résidences retraite médicalisées sur toute la France.