Demande urgente


Se faire rappeler Un conseiller vous rappelle
gratuitement et sans engagement en 24h
Ville(s) ou département(s) recherché(s)*

    Inscription à la newsletter de logement-seniors.com

    A l'envoi, vous acceptez les conditions d'utilisation

    Top articles


    La dénutrition des personnes âgées : causes, symptômes et prise en charge


    La dénutrition des personnes âgées : causes, symptômes et prise en charge

    a -A +


    La dénutrition est très fréquente chez les personnes âgées. Elle touche en moyenne près de 50 % des seniors à l’hôpital, 30% des seniors résidant en Ehpad et 7% des seniors vivant à domicile. Contrairement à ce que l’on peut penser, les besoins nutritionnels des seniors sont comparables à ceux d’un adolescent en pleine croissance.

    Qu’est-ce-que la dénutrition des personnes âgées

    La dénutrition des seniors se traduit par une diminution des apports nutritionnels pouvant entraîner de nombreuses carences et des complications en cas de maladie. En moyenne, à 70 ans les besoins caloriques journaliers s’élèvent à 2 300 pour les hommes et 1 800 pour les femmes.

    Il existe 2 types de dénutrition :

    • La dénutrition endogène souvent liée à une maladie comme un cancer, une défaillance d’organe ou une pathologie infectieuse.
    • La dénutrition exogène qui est liée à un aspect social qui entraînerait une diminution des apports alimentaires. Elle peut être due à l’isolement du senior, un manque d’aide ou à un choc émotionnel.

    Avec l’âge, l’appétit peut diminuer, mais les besoins nutritionnels restent les mêmes et les kilos perdus par un senior seront difficilement repris. Avec des réflexes simples, un senior souffrant de dénutrition peut facilement retrouver de bonnes habitudes alimentaires.

    Quels sont les symptômes et diagnostique de la maladie

    Le symptôme principal de la dénutrition est la perte de poids (supérieur à 5% en un mois du poids total du senior). Une grande fragilité, l’asthénie, l’anorexie et une infection peuvent être des symptômes de la maladie.

    Différents facteurs favorisent la dénutrition comme le manque de pratique d’une activité physique, des problèmes digestifs, gastriques ou bucco-dentaires, une dépression ou encore la polymédication (« l’administration de nombreux médicaments de façon simultanée » IRDES).

    La prise en charge de la dénutrition

    Il est recommandé par la Haute Autorité de Santé (HAS) d’effectuer un dépistage de dénutrition chaque année et plus fréquemment pour les personnes à risque.

    Le dépistage prend en compte différents facteurs :

    • La recherche de situation à risque
    • L’estimation de l’appétit
    • L’IMC
    • Le poids
    • Les mesures anthropométriques
    • Les analyses biologiques
    • Les réponses au questionnaire du type MNA (Mini Nutritional Assessment)

    La prise en charge doit être assurée par un spécialiste en diététique. Elle se traduit par :

    • Un enrichissement de l’alimentation grâce à la consommation de beurre, de crème fraîche, de poudre de protéine ou de lait concentré
    • Une augmentation des prises alimentaires

    Les seniors souffrant de dénutrition peuvent aussi prendre des compléments nutritionnels oraux (CNO), ce sont des « aliments diététiques à des fins médicales spéciales » (ADDFMS) riches en calories et protéines.  

    L’objectif principal de la prise en charge est de favoriser l’alimentation orale, si cela est impossible, le spécialiste en diététique demandera une alimentation entérale par voie veineuse, périphérique ou centrale.

    Comment prévenir la dénutrition ?

    Que ce soit à domicile, en hôpital ou en maison de retraite, il est possible de prévenir la dénutrition en proposant une alimentation riche et variée en mettant en avant le goût en assaisonnant les plats. Il est aussi conseiller de privilégier les plats faciles à consommer (préféré le thon en miettes au pavé de bœuf par exemple). L’alimentation doit aussi suivre le programme nationale nutrition santé (PNNS) visant à améliorer la santé de l’ensemble de la population.

    Pour plus d’informations, vous pouvez contacter le réseau de soins, le CCAS, le CLIC ou le service social près de chez vous.


    Notez cet article :


    Ces articles vous interesseront

    Se faire rappeler