Devenir aidant familial

mis en ligne le 22/01/2018 par Michele

Devenir aidant familial

On compte aujourd’hui près de 8.3 millions de proches aidants en France, la moitié d’entre eux s’occupe de leur parent ou de leurs beaux-parents. Devenir aidant familial signifie venir en aide quotidiennement à un proche en état de dépendance ou de perte d’autonomie. Son rôle est d’aider et d’accompagner le proche dans ses tâches quotidiennes : ménage, déplacement, alimentation, toilette…

Devenir aidant familial : avant de prendre la décision

La notion de régularité et de long terme est essentielle pour acquérir le statut de proche aidant ou d'aidant familial. La loi d’adaptation de la société au vieillissement a permis aux aidants familiaux d’avoir un statut juridique reconnu et donc d’avoir accès à des droits (tels que le droit au répit).

La décision de devenir aidant familial, qu'elle soit "imposée" ou un choix personnel, doit se faire pour de bonnes raisons et sous de bonnes conditions. L'aidant doit d'assurer que son proche bénéficie de toutes les aides qui lui sont accessibles (comme l’APA par exemple) et doit prendre connaissance de son degré d’autonomie (calcul du GIR).
Il doit estimer, à l’aide du médecin traitant, le nombre d’heures à consacrer au proche. Il devra peut-être suspendre ou arrêter son activité professionnelle. Les proches aidants peuvent tout de même être rémunérés grâce au statut de particulier-employeur du proche.
Si d’autres aides professionnelles ont déjà été mises en place, l’aidant doit préciser les rôles et taches de chacun à travers l’organisation d’une « journée type ».
L’aidant doit rester organiser afin d’anticiper les besoins de son proche. S’il doit partir en vacances ou s’absenter le temps d’un week-end, des structures d’accueil temporaire en EHPAD peuvent accueillir son proche.

Où s’informer ? 

Dans un premier temps, l’aidant doit rencontrer tous les professionnels de santé travaillant avec son proche (infirmier, médecin traitant …). Ils pourront le renseigner sur l’aide nécessaire, lui enseigner les gestes et techniques fondamentaux tels que la réalisation d’un transfert, ou le positionnement au lit sans risque. Ils pourront aussi l’informer sur le matériel et l'équipement nécessaire au soin et le mettre en relation avec d'autres professionnels de santé (kinésithérapeute, psychologue…) si besoin.
Des formations sont accessibles aux aidants, notamment au CIF-aidants (centre d’informations et de formation des aidants). Dans certain cas, comme l’utilisation d’un appareil respiratoire par le proche, ces formations sont fortement recommandées. Les CLIC, CCAS et associations peuvent informer l’aidant sur les aides disponibles et l’aider à mettre en place une organisation pérenne dans laquelle il pourra avoir du temps libre pour s’occuper de soi. 


Notez cet article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Rédactrice : Michele

Agée de 54 ans, Michèle est responsable de la rédaction des actualités et dossiers sur le thème de l'immobilier et de l'hébergement pour seniors. Après avoir travaillé 10 ans au sein d'une maison de retraite, Michèle souhaite, à travers ses écrits, informer et guider les seniors vers une solution adaptée à leur profil et à leurs besoins.

> Voir tous les articles de Michele
Vous recherchez une maison de retraite ? Nous référençons plus de 8000 résidences retraite médicalisées sur toute la France.